Amos et son histoire

Le berceau de l’Abitibi
Au début du XXe siècle, la région de l'Abitibi-Témiscamingue apparaissait comme une terre promise, un vaste territoire vierge qu'il fallait coloniser. Venus des régions plus au sud, des milliers d'habitants s'y installèrent afin d'en exploiter les ressources naturelles. 

L'occupation du territoire d'Amos remonte à 1910 et l'émission de la première charte municipale eut lieu en 1914. Première ville de l'Abitibi, elle fut baptisée à juste titre le « Berceau de l'Abitibi ». Elle doit son nom à Lady Alice Gouin, née Alice Amos, épouse de Sir Lomer Gouin, premier ministre du Québec en 1914, année de la fondation de la municipalité.
 
Située au coeur de l'Abitibi, Amos jouit, de par sa localisation, d'une situation privilégiée qui la place au centre des principales voies de circulation de l'Abitibi. Elle est aussi traversée par la rivière Harricana, voie de communication qui a joué un rôle prépondérant au début du siècle dans le développement et la colonisation de la région, reliant les nouveaux centres miniers entre eux.


La rivière Harricana
La rivière Harricana est la deuxième plus longue voie navigable au Canada (170 km de voie navigable). Elle prend sa source dans les lacs Blouin, De Montigny, Lemoine et Mourier, près de Val-d'Or, et se jette dans la baie James quelque 553 kilomètres plus au nord. Le nom d'origine de la rivière Harricana est « Nanikana », mais les missionnaires de l'époque, apprenant la langue algonquine au son, le déformèrent pour en faire le mot « Harricana ». L'expression algonquine Nanikana prend tout son sens, car elle signifie « La voie principale ».




Consulter »
Ville en images
Visiter »
Site de la Société d'histoire